Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La plupart des arbres urbains ont ceci de spécifique : ils sont là où il sont par la décision de l’homme et y resteront tant que l’homme l’aura ainsi décidé.

L’arbre urbain n’a rien demandé. Un jour, par une décision prise par les instances dirigeantes de la commune, il a été planté. Dans la majorité des cas, il y restera en attendant une autre décision qui le fera disparaître.

Entre ces deux moments, la vie des arbres urbains ressemblent à s’y méprendre à la vie de tout individu citadin : ces arbres subissent les événements. Certains grandiront protégés dans un écrin de verdure, d’autres moins chanceux, seront détruits par la violence urbaine ou seront renversés par une voiture ayant dévié de sa trajectoire.

Tous ont une vie qui leur sera propre en fonction des décisions humaines que ce soit à Bruxelles, New-York, Montréal, Paris, Nivelles, Montbélliard ou ailleurs, la progression de vie de l’arbre urbain est absolument identique : avec son plus haut niveau de sagesse, chaque arbre urbain accompagnera les forces de sa vie.

Certains grandiront et deviendont somptueux, d’autres, moins nantis, mouront étoufés par la polution, entourés de béton ou d’asphalte. D’autres se battront pour trouver la petite place qui leur manque entre deux blocs de béton. Certains seront entourés de verdure et d’autres seront le soutien d’immondices, deviendront anti-vol,...

La vie de l’arbre urbain est aussi étonnante que diversifiée !